La santé intestinale et le microbiote

Le doux murmure du sucre

06/01/2023
u n e q u e s t i o n ? U n c o n s e i l Un conseil, une question ?
Contactez-nous
Nos conseillĂšres Ă  votre Ă©coute

Du lundi au jeudi
8h30 Ă  12h30 & 13h30 Ă  17h30
Le vendredi
8h30 Ă  12h & 13h30 Ă  17h

N° vert international. Service et appel gratuits.

Ou contactez-nous directement par notre formulaire en ligne.

Formulaire en ligne

Aliments sucrĂ©s et fuits et lĂ©gumes« On devine les bĂ©vues et les ravages que peuvent entraĂźner les soins mĂ©dicaux qui ne visent qu’à l’effacement des effets, sans rechercher ni renverser les causes rĂ©elles des maladies. » Docteur Paul Carton

DĂ©sormais communĂ©ment classĂ© dans les substances qui rendent accro et ce comme d’autres drogues dont il est difficile de se dĂ©faire, il est prĂ©sent dans les moments de stress, dans les instants de fĂȘtes ou de façon insidieuse, cachĂ©e. Le sucre peut nous accompagner tout au long de la journĂ©e, tout au long de notre vie. De nombreux rats de laboratoire semblent prĂ©fĂ©rer le sucre Ă  la cocaĂŻne.

Le sucre active en premier lieu des rĂ©cepteurs gustatifs situĂ©s sur la langue puis envoie un message au cerveau pour qu’il mette en route le systĂšme de rĂ©compense par le biais de la dopamine. Cette hormone du plaisir immĂ©diat est libĂ©rĂ©e dans l’organisme, provoquant un sentiment de plĂ©nitude. Sentiment comparable Ă  l’effet de l’orgasme et ayant un effet sur l’humeur. Sentiment qui, durant peu, sait demander Ă  ĂȘtre rĂ©activĂ© frĂ©quemment sous peine de modification de la dynamique corporelle.

À noter qu’un excĂšs de dopamine pourrait provoquer des comportements de type schizophrĂ©niques ou de l’agressivitĂ©. Ainsi naĂźtrait le cercle vicieux du besoin de sucre, comparable Ă  l’effet de satisfaction induit par la morphine, l’hĂ©roĂŻne et diverses autres substances. Et, bien sĂ»r, Ă  un autre niveau, ce besoin est aussi visible et impactant au niveau du pancrĂ©as. Nous l’aborderons plus tard. Mais


Peut-on vraiment ĂȘtre malade Ă  cause du sucre ?

Si son but est de nous apporter de l’énergie, il est aussi le vecteur de mucositĂ©s et favorise la dĂ©minĂ©ralisation du corps. De plus, le sucre a Ă©galement un impact sur l’immunitĂ© faisant drastiquement chuter celle-ci par l’inhibition de la fonction phagocytaire des globules blancs de 50 Ă  90 %.

Il peut Ă©galement perturber le travail intestinal, notamment en provoquant de la fermentation au niveau de l’intestin, et augmenter le travail du foie. Lorsque l’intestin grĂȘle et le foie sont surchargĂ©s, le relais est pris par les voies respiratoires crĂ©ant des « colles » (nommĂ©es ainsi par Pierre-Valentin Marchesseau).

Ces mucositĂ©s sont des dĂ©chets visqueux, non solubles dans l’eau et proviennent de rĂ©sidus de cellules mortes ainsi que d’un mauvais mĂ©tabolisme d’amidon (cĂ©rĂ©ales, fĂ©culents), de sucre et de lipides. Ces toxines Ă  l’aspect de glaires seront Ă©vacuĂ©es par l’expectoration, les pertes vaginales, les rhumes
 Si ces manifestations du corps sont indolores, elles dĂ©notent nĂ©anmoins d’un dysfonctionnement de l’organisme.

D’un point de vue naturopathique, les organes qui seront sollicitĂ©s prioritairement pour Ă©vacuer les mucositĂ©s seront le foie, puis la vĂ©sicule biliaire et les intestins. Ceux-ci Ă©tant dĂ©jĂ  en surrĂ©gime, l’organisme choisira de se dĂ©charger via les glandes sĂ©bacĂ©es, les voies respiratoires ou la voie vaginale pour allĂ©ger le travail du systĂšme digestif. De ce fait, un travail de drainage des voies prĂ©citĂ©es peut ĂȘtre intĂ©ressant en cas d’attrait excessif envers le sucre par le biais de plantes (radis noir, desmodium, artichaut) de bouillottes sur le foie et / ou de rĂ©flexologie ainsi que de pĂ©riodes d’alimentation hypotoxique. Le pancrĂ©as rĂ©agira favorablement par un accompagnement de genĂ©vrier ou de fumeterre. Pour aller plus loin et d’aprĂšs D. Rapinowitz, des Ă©pisodes d’hypoglycĂ©mie peuvent imiter presque chaque dĂ©sordre physique, neurologique ou psychiatrique : citons entre autres, les troubles visuels, le diabĂšte, le NASH (« foie gras »), la somnolence, l’irritabilitĂ©, le comportement maniaque


Sucres lents, vraiment lents ?

Ces termes font partie de la culture populaire. Cela me fait invariablement penser aux drogues dures et drogues douces. Il s’agit d’une forme de classification floue qui change en fonction des personnes et des lieux.

La croyance veut que l'on assimile les sucres lents aux aliments Ă  saveur non sucrĂ©e, contenant une forte quantitĂ© de sucres complexes restant longtemps en rĂ©serve dans l'organisme. Exemple : il va ĂȘtre conseillĂ© de manger des sucres lents la veille d'un effort physique pour ĂȘtre plus performant.

Dans ce schĂ©ma, les sucres lents sont listĂ©s pĂȘle-mĂȘle : les pommes de terre, le pain, les cĂ©rĂ©ales, les lĂ©gumineuses, etc. Les sucres rapides seraient, eux, contenus (toujours selon cette mĂȘme croyance) dans des aliments Ă  forte saveur sucrĂ©e dĂ©livrant rapidement de l'Ă©nergie Ă  l'organisme. Y seront classĂ©s les desserts, barres chocolatĂ©es, sodas, fruits, etc.

À mon sens, l'index glycĂ©mique (ou IG) est un critĂšre de classement trĂšs intĂ©ressant des aliments contenant des glucides, car il est basĂ© sur leurs effets sur la glycĂ©mie (taux de glucose dans le sang) durant les deux heures suivant leur ingestion plutĂŽt que sur les sacro-saints sucres rapides et sucres lents.

L’index glycĂ©mique permet de comparer le pouvoir glycĂ©miant de chaque aliment, mesurĂ© directement lors de la digestion. L'IG d'un aliment est donnĂ© par rapport Ă  un aliment de rĂ©fĂ©rence, auquel on attribue l'indice 100 (gĂ©nĂ©ralement glucose pur ou « pain blanc »).

La vitesse de diffusion du sucre dans le corps varie selon plusieurs critùres, notamment :

  • Le mode de cuisson des aliments,
  • La nature de l’aliment (solide, liquide),
  • La consommation, isolĂ©e ou au sein d’un repas,
  • La prĂ©sence de fibres ou non,
  • Le degrĂ© de mĂ»rissement.

ZOOM SUR L'INDEX GLYCÉMIQUE

L'index glycĂ©mique a Ă©tĂ© inventĂ© par l'Ă©quipe de David J. Jenkins Ă  l'UniversitĂ© de Toronto en 1981. En voici ci-dessous quelques exemples :

  • Index glycĂ©mique faible (InfĂ©rieur ou Ă©gal Ă  35) : La plupart des fruits frais et lĂ©gumes verts, lĂ©gumes secs, chocolat noir riche en cacao, lait et produits laitiers, viandes, olĂ©agineux

  • Index glycĂ©mique moyen (Entre 35 et 50) : Produits Ă  base de cĂ©rĂ©ales complĂštes, bananes, abricots secs, pommes de terre Ă  l'eau ou Ă  la vapeur

  • Index glycĂ©mique Ă©levĂ© (Plus de 50) : Pain blanc, riz blanc, pommes de terre frites, au four ou chips, confiseries, barres chocolatĂ©es, carottes cuites, pastĂšque


Et voici quelques aliments au pouvoir sucrant Ă  index glycĂ©mique bas : le miel d’acacia, le sucre de coco, le sirop d’agave bio, la stĂ©via brute (couleur verte, magasin bio), etc.

Écosystùme intestinal et sucre ?

liste index glycĂ©miquePlusieurs Ă©lĂ©ments peuvent venir perturber la flore intestinale. Les aliments trop cuits ou raffinĂ©s, la consommation rĂ©guliĂšre de lait de vache, l’insuffisance de mastication, l’insuffisance enzymatique, l’abus de cafĂ©, de thĂ©, de cacao, l’abus de mĂ©dicaments, le stress
 Et aussi le sucre. Ces perturbations sur le tube digestif peuvent entraĂźner un dĂ©veloppement excessif de bactĂ©ries et de levures (Candida Albicans, par exemple).

Cette dysbiose peut aussi encourager une diminution de la synthĂšse de vitamines B, K et d’enzymes digestives. De plus, le rĂŽle de la flore sur notre systĂšme immunitaire ayant dĂ©jĂ  Ă©tĂ© Ă©voquĂ© ici et ailleurs, il sera simplement intĂ©ressant de prĂ©ciser qu’il peut prĂ©cipiter la flambĂ©e de nombreuses allergies.

Pour aller plus loin au niveau enzymatique, un livre Ă©crit en 1946 reste encore une rĂ©fĂ©rence Ă  ce jour, il s’agit de l’ouvrage d’Edward Howell. Il y explique que, chez les animaux, une dĂ©ficience enzymatique provoque une dilatation du pancrĂ©as et que le vieillissement diminue la production d’enzymes. Pour Ă©viter certains inconvĂ©nients citĂ©s plus hauts, une bonne mastication peut ĂȘtre un outil implacable.

En effet, l’amylase salivaire – enzyme prĂ©sente dans la bouche - commence la digestion des sucres. Cette derniĂšre, comme toutes les autres enzymes, Ă  besoin d’un pH optimal et d’une tempĂ©rature prĂ©cise pour ĂȘtre active. En outre, tout manque de cofacteur enzymatique peut l’amener Ă  dysfonctionner. Ainsi, en environnement trop acide, cela diminuerait ou bloquerait l’action des diffĂ©rentes enzymes.

Petit tour schĂ©matique pour l’hypoglycĂ©mie rĂ©actionnelle ?

Femme qui somnole car elle a consommé trop de sucre

  • Le corps reçoit trop de sucre d’un seul coup,
  • Il envoie trop d’insuline depuis le pancrĂ©as pour faire chuter cette glycĂ©mie dĂ©sormais trop importante,
  • Le taux de sucre chute trop bas,
  • Les symptĂŽmes de « manque » apparaissent (vertiges, petits creux, mauvaise humeur
),
  • Le besoin de retourner vers du sucrĂ© se fait sentir.

L’hypoglycĂ©mie est un effondrement du taux de glucose dans le sang, elle est Ă  l’opposĂ© du diabĂšte, dont elle est souvent un signe avant-coureur. Il existe plusieurs causes d’hypoglycĂ©mie. Nous n’évoquons ici que l’hypoglycĂ©mie fonctionnelle, sans lĂ©sion anatomique, mais due Ă  de mauvaises habitudes alimentaires.

Le glucose est fourni par l’alimentation. Tous les aliments peuvent ĂȘtre transformĂ©s en glucose, le grand problĂšme rĂ©side dans la trop grande rapiditĂ© de transformation de certains aliments et la consommation de sucres Ă  index glycĂ©mique haut.

Quelques conseils pour dĂ©crocher du sucre et Ă©viter l’hypoglycĂ©mie

  • Éviter la consommation de stimulants : cafĂ©s, thĂ©s, boissons Ă  base de cola, cigarettes
 Leur consommation peut prĂ©cipiter une crise d’hypoglycĂ©mie.
  • Éviter l’alcool. L’alcool est impliquĂ© fortement dans l’hypoglycĂ©mie : il est trĂšs rapidement assimilĂ© par l’organisme et passe trĂšs rapidement dans le sang.
  • MĂącher consciencieusement afin que la salive et ses enzymes aient l’opportunitĂ© de bien imbiber les aliments et ainsi faciliter la digestion des sucres.

Équilibre acido-basique et sucre

Sans entrer dans les dĂ©tails de ce sujet passionnant qui pourrait ĂȘtre pĂ©nible Ă  comprendre ou Ă  expliquer – mais qui ne l’est point si l’on suit les bibles de Christopher Vasey - le sucre comme d’autres aliments, va avoir la possibilitĂ© de modifier le pH du corps, notamment s’il s’agit de sucre raffinĂ©. Va alors pouvoir s’installer une aciditĂ© corporelle menant Ă  diffĂ©rents dĂ©sĂ©quilibres, Ă  une acidose tissulaire pouvant conduire Ă  un terrain inflammatoire, ronger les os, faire flamber les tissus, etc.

Comble de l’ironie, nous ne sommes pas tous Ă©gaux face Ă  la gestion de l’aciditĂ© corporelle et de ses Ă©ventuels ravages. Il semblerait qu’une corpulence importante comme celle de GĂ©rard Depardieu ou Winston Churchill prĂ©serve plus facilement des excĂšs et de la dĂ©minĂ©ralisation.

À l’inverse, Woody Allen et Jane Birkin seraient en bien mauvaise posture pour tamponner certains abus d’aciditĂ©.

Les effets de l’aciditĂ© passent souvent inaperçus. À citer encore pour vous mettre sur la piste : la fatigue, la frilositĂ©, la sensibilitĂ© dentaire et gingivale, les phanĂšres fragiles et cassants, les brĂ»lures urinaires et rectales, etc.

Une correction alimentaire est possible pour s’éloigner de l’acidité :

  • PrivilĂ©gier une alimentation alcalinisante,
  • Opter pour une alimentation vĂ©gĂ©tarienne,
  • S’adonner Ă  de l’exercice physique, l’oxygĂ©nation, la marche,
  • DĂ©couvrir ou pratiquer la relaxation,
  • Penser Ă  des apports de citrates


Quels complĂ©ments pour travailler sur le sucre ?

LA BERBERINE

DĂ©sormais bien connue pour son pouvoir hypoglycĂ©miant, d’autres aspects de la berbĂ©rine sont Ă©galement Ă  souligner comme ses effets Ă©tablis sur le systĂšme nerveux central et ses capacitĂ©s antihypertensives. La berbĂ©rine agit particuliĂšrement sur le mĂ©tabolisme avec un effet hypoglycĂ©miant.

LA VITAMINE D

La vitamine D rĂ©duit la possibilitĂ© de rĂ©sistance Ă  l’insuline, tout en travaillant sur la soliditĂ© des os et le renforcement du systĂšme immunitaire.

LE CHROME

Le chrome permet l’augmentation de l’action de l’insuline, il travaille Ă©galement sur le mĂ©tabolisme des lipides.

LE ZINC

Le zinc permet de réguler la glycémie et travaille sur le renouvellement cellulaire.

Découvrez quelle est la meilleure forme de zinc en lisant notre dossier santé !

L'ACIDE ALPHA-LIPOIQUE

Il réduirait les neuropathies chez les personnes atteintes de diabÚtes et diminuerait le taux de sucre dans le sang.

LES FIBRES ALIMENTAIRES

Elles limiteront la rapidité avec laquelle le sucre passera dans le sang.

LE KUDZU

UtilisĂ© depuis fort longtemps en mĂ©decine chinoise. Le kudzu est une plante qui accompagne avec succĂšs tous les types de sevrages (sucre, tabac, alcool
).

LE MAGNESIUM

Le manque de magnĂ©sium augmente incroyablement la vulnĂ©rabilitĂ© au stress. Son action se met en place sur l’organisme en empĂȘchant la montĂ©e du cortisol. Des crampes, des vertiges, une prise de poids ou les paupiĂšres qui tressautent sont quelques symptĂŽmes de carence
 Mais vous pouvez partir de l’hypothĂšse que nous sommes tous carencĂ©s en magnĂ©sium (Ă  10 ou 20 % prĂšs).

Découvrez quelle est la meilleure forme de magnésium en lisant notre dossier santé !

LA CO-Q10

La Coenzyme Q10, et sa forme active, l’ubiquinol, stimule la production d’énergie. Il s’agit d’un puissant antioxydant de type liposoluble. À 40 ans, selon les informations fournies par les Laboratoires COPMED, le stock d’ubiquinol a baissĂ© de 30%. Sa complĂ©mentation semble alors quasiment inĂ©vitable pour rĂ©duire le stress, la fatigue et amĂ©liorer les performances physiques. Aussi, la prise de Coenzyme Q10 semble ĂȘtre une rĂ©ponse intĂ©ressante Ă  la fatigue chronique pouvant induire une conduite de boulimie sucrĂ©e.

Découvrez quelle est la meilleure forme de CoQ10 en lisant notre dossier santé ! 

L'EXTRAIT DE PEPINS DE PAMPLEMOUSSE

L'extrait de pépins de pamplemousse aura une action antifongique et pourra travailler sur le Candida Albicans, friand de sucre.

LES ANTIOXYDANTS EN GENERAL

Le sucre faisant « rouiller », il peut ĂȘtre intĂ©ressant d’accompagner les pĂ©riodes de dĂ©pendance de certains antioxydants citĂ©s prĂ©cĂ©demment ou d’autres moins spĂ©cifiques. En voici une liste non exhaustive :

Les conseils indiquĂ©s ci-dessus sont une liste non exhaustive des possibilitĂ©s d’accompagnement. Ils ne remplacent aucunement un traitement mĂ©dical ou un avis allopathique.       

Vanessa CELLI naturopathe et réfléxologue

Cet article a été rédigé par Vanessa CELLI

Naturopathe et réflexologue à Colmar (68)

www.vanessa-celli.com