Les Laboratoires COPMED se développent en Belgique ! Nous invitons tous nos clients belges et luxembourgeois à se rendre sur www.copmed.be pour valider leurs commandes.

Interview de Christian Brun : une vocation pour la naturopathie

"Depuis ma jeunesse, j'ai toujours eu cette vocation comme si cela avait été mémorisé au plus profond de mes cellules."

Bonjour Christian BRUN, pouvez-vous vous présenter pour nos lecteurs ?

Bonjour ! Au préalable, je souhaite saluer toute l’équipe des Laboratoires COPMED, que je connais plus ou moins pour certains, compte tenu de notre collaboration et de notre confiance réciproque depuis de nombreuses années. Lors de ma visite dans vos locaux de Niort et à chaque séminaire organisé par votre service événement, j’ai le plaisir de rencontrer chacun d’entre vous et de revoir vos délégué(e)s.

Comment qualifier ma surprise quand vous m’avez demandé si j'accepterais de répondre à une interview pour cette revue ? Ce fut un véritable honneur pour moi d'avoir l'opportunité de promouvoir mes approches naturelles pour une santé et une vitalité authentiques !

Me présenter… C’est là un exercice très difficile mais je vais tenter de le faire, en toute humilité (ma réputation étant celle d'un grand « gueulard » car j’aimerais redonner à notre art, la naturopathie, sa véritable place).

Mon leitmotiv depuis de nombreuses années a été « l’union fait la force », c'est-à-dire que plus nous serons unis (praticiens, écoles, laboratoires de compléments alimentaires…), plus on prendra notre profession au sérieux.

Il faut toutefois se méfier de ce que j'appelle les « charlots qui se la pètent », qui se permettent de porter des jugements contre la médecine officielle (qui a fait des progrès considérables quoi qu’on en dise) et proposent des formations sur internet de quelques heures, sans pratique et sans contact avec un patient. Soyons sérieux ! La naturopathie ne pourra être prise au sérieux que si les formations proposées sont à leur tour sérieuses et conséquentes de leur responsabilité.

Je suis naturopathe depuis 50 ans et pour moi, chaque patient(e) est une nouvelle planète en découverte ! J’ai toujours autant de plaisir et de joie à vouloir partager la naturopathie lors de mes nombreux cours notamment au CENATHO, mais aussi durant mes nombreuses conférences grand public, lors des séminaires organisés par les Laboratoires COPMED ou encore dans les articles de diverses revues, celle-ci notamment…

Quand et comment a commencé cette passion pour la naturopathie ?

L’histoire est relativement banale : très jeune j’ai dû subir diverses interventions chirurgicales pour cause de jambe droite plus courte à la naissance (un problème de naissance ? Je suis né à 7 mois et par le siège… Plusieurs questions restées sans réponse à ce jour). Quoi qu’il en soit, j’ai donc eu plusieurs interventions pour pallier ce handicap à 6 et 14 ans, notamment une arthrodèse de la cheville droite (blocage d’une articulation par une « cale »).

J'ai été isolé pendant plusieurs mois de ma famille (maison de convalescence pendant plus de 9 mois) et cet épisode très difficile physiquement et psychologiquement a titillé en moi cette envie, au départ, de m'orienter vers le médical. Je souhaitais faire des études pour ressentir, mieux comprendre, aider et conseiller les autres dans leur douleur, en m'appuyant sur mon histoire.

Et là encore, le hasard m'a permis une rencontre (« le hasard c’est l’habit que prend Dieu quand il veut passer incognito ou qu’il ne veut pas signer » Albert Einstein).

C'est donc au cours d’un travail d’été et d’étudiant que j'ai rencontré Philippe, qui a conditionné ma vie actuelle en me parlant de naturopathie. Il y a 50 ans, ce terme était totalement méconnu, tout comme les termes d’émonctoires ou force vitale, repris par de nombreux médecins actuellement.

C’est ainsi que j’ai contacté par écrit M. Pierre Valentin Marchesseau à l’Institut Edmond Desbonnet, père de la culture physique et de la gymnastique des organes. Cette première rencontre a véritablement été déterminante pour moi car il a su m’expliquer en quelques minutes, au travers d'exemples et d'images précises, ce qu’était la vraie naturopathie : une « hygiène de vie conforme à notre physiologie ».

Pouvez-vous nous parler de lui et de cette expérience ?

Son approche de la santé/vitalité m’a totalement séduit et la simplicité, la logique de ses explications ont été pour moi une véritable potion magique. J’avais trouvé ma voie alors qu’après des études secondaires classiques, je tentais de savoir quel serait mon avenir professionnel. Mon père, peintre en bâtiment, souhaitait que je suive sa voie en devenant métreur en peinture. J’ai tenté à deux reprises l’examen mais j'ai échoué et avec le recul, comme je le dis souvent… Il n’y a pas de hasard. Sans cela, je ne serais pas là à répondre à vos questions en ayant pleinement réalisé ma vie de naturopathe.

Je me suis donc inscrit aux cours de P.V.Marchesseau, cours qui étaient quasiment tous par correspondance sauf pour certains, de yoga notamment. J’assistais aux conférences organisées par P.V.Marchesseau et Alain Rousseaux, son collaborateur, et je passais mes examens oraux pour obtenir mes différents certificats.

Conjointement à mes études, je travaillais pour être autonome vis-à-vis de mes parents.

Un jour, Mme Colette Marchesseau m’a téléphoné pour me demander de venir voir son époux. Panique ! Qu’avais-je fait ? ! P.V.Marchesseau m'a expliqué que des pharmaciens d’Angers ayant un institut de bien-être souhaitaient avoir un professeur de yoga, ce que j’étais. Et c’est ainsi que j’ai déménagé pour m‘installer à Angers. Au bout de quelques années j’ai souhaité revenir sur la région parisienne et là, tout en continuant de travailler dans une entreprise de bois, j’ai recommencé mes cours de yoga au sein d’une salle de culture physique. J'ai en parallèle développé ma pratique de la naturopathie et j'ai commencé mes conférences !

Là encore, quelques années après, M. Marchesseau a souhaité me voir. Il m’a demandé si j’accepterais de devenir son collaborateur, puisque son ex-assistant avait repris sa liberté. Comment refuser cette proposition inattendue et si valorisante pour moi ? !

C’est ainsi que pendant 6 ans, avec son épouse Colette, nous avons sillonné toute la France et quelques fois l’étranger pour animer de nombreuses conférences et organiser 6 congrès de naturopathie, dont le dernier a été à la faculté de médecines de Paris avec un amphithéâtre de 1 000 personnes ! Ces nombreuses années ont été pour moi merveilleuses, tant au point de vue formation que relationnel avec celui que chacun s’accorde à appeler « le Père de la Naturopathie Française ».

Je lui suis tellement reconnaissant de m’avoir formé pour parler, écrire et surtout simplifier le complexe afin de le réduire à la simplicité, pour le rendre accessible à tous au-delà d'une certaine « élite » !

Combien de ses schémas, de ses histoires, de ses anecdotes j’utilise encore dans mes cours, séminaires, livres, articles… Pour bien expliquer ce qu’est la naturopathie. Certes, ces images ne sont pas au sens exact des démonstrations scientifiques, mais elles sont pleines de bon sens et de logique. Par exemple, comme il aimait à le répéter : « est-ce le moustique qui engendre le marécage ou est-ce le marécage qui permet la survie du moustique ? ».

Ou encore cette analogie : « vous voyez une petite lampe rouge qui s’allume sur le tableau de bord de votre véhicule. Vous consultez un garagiste. Deux possibilités : soit le garagiste vous dit de repasser dans 10 minutes, et lorsque vous récupérerez votre voiture il n’y aura plus de voyant rouge : pour cause, la lampe aura été retirée (c’est l’allopathie qui supprime le ou les symptômes et croit avoir guéri le malade). Soit le garagiste s'interroge pour savoir à quoi correspond ce voyant rouge (c’est la naturopathie qui va, comme le Dr House et l’inspecteur Columbo, chercher pour découvrir quelle est la raison de ce signal rouge) ».

Voilà quelques exemples de sa manière d’appréhender la santé/vitalité authentique et en ce sens, il a été pour moi un révélateur et un père spirituel. Qu’il en soit à jamais remercié, je ne manque jamais une occasion de le citer et lui rendre l’hommage auquel il a le droit. Tous les dirigeants posthumes et actuels d’écoles de naturopathie lui doivent les fameuses cures et les grandes bases de la naturopathie.

Pour les plus novices, pouvez-vous nous expliquer ce qu’est la naturopathie ? Quels sont ses concepts ?

La naturopathie est une hygiène de vie conforme à notre physiologie, c'est-à-dire en langage plus clair : une hygiène alimentaire, psychologique, physique et spirituelle conforme à nos milliards de cellules.

Nous avons environ 1013 cellules qui ont des besoins physiologiques :

  • Être alimentées correctement en nutriments issus de notre alimentation (protéines, glucides, lipides, vitamines, minéraux, enzymes…),
  • Être oxygénées (respiration pulmonaire puis cellulaire),
  • Être débarrassées des déchets cellulaires métaboliques par élimination émonctorielle.

L'évacuation de ces déchets métaboliques, alimentaires, ne peut se faire que grâce à nos organes éliminateurs prévus et conçus pour cela : les émonctoires. Ils sont au nombre de 5 : la peau, les poumons, les reins, les intestins et le foie.

Cette élimination naturelle et physiologique ne peut se faire que grâce à la présence d’une force vitale, stockée dans nos systèmes nerveux et endocrinien.

Ceci explique pourquoi les naturopathes bien formés évaluent le potentiel nerveux et endocrinien par leur bilan naturopathique, leur anamnèse, et ne se contentent pas de remplacer un médicament (conseillé par leur médecin traitant) par un complément alimentaire. Le vrai naturopathe comme le Docteur House et l'inspecteur Columbo va chercher quelle est la cause primaire, fondamentale, du dérèglement. Cela ne signifie pas que ponctuellement, il ne convienne pas de conseiller des compléments alimentaires qui constituent « une béquille » pour « apprendre à marcher » puis de pouvoir marcher seul(e) en toute autonomie.

Vous êtes chargé de cours au CENATHO-Paris depuis plus de 20 ans. Qu’enseignez-vous ?


La confiance de Daniel Kieffer, fondateur du CENATHO puis celle d’Aude Veret, naturopathe et nouvelle directrice de cette école de formation professionnelle et d’exception, m’ont permis pendant de nombreuses années de m’exprimer librement (avec mes défauts et mes qualités, certes). Mais surtout, ils m'ont offert de pouvoir expliquer mes concepts personnels de la naturopathie, qui est ma passion et mon plaisir.

C’est ainsi que j’enseigne par exemple beaucoup de techniques naturopathiques et de pathologies courantes rencontrées en cabinet : uronéphrologie y compris la prostate et l’équilibre acido-basique, rhumatologie, dermatologie, immunologie, analyses sanguines, urinaires et coproculture, pathologies infectieuses, cancérologie, foie, pathologies cardiovasculaires (HTA, varices…), stress, pathologies métaboliques (cholestérol, diabète…), hydrologie, et bien d’autres sujets. Les derniers en date portent sur l’humilité et les causes d’échecs en naturopathie, ainsi que les clés décisionnelles pour objectiver avec certitude les pathologies.

Vous êtes-vous déjà demandé ce que vous auriez fait si vous n’aviez pas choisi la voie de la santé naturelle ? Quelle est votre ambition secrète ?

Je ne me suis jamais posé la question tellement cette voie a été et est encore la mienne ! Depuis ma jeunesse et compte tenu de mes expériences personnelles de souffrance dans ma chair et dans ma tête - entre séjours à l’hôpital, maison de rééducation, séparation avec les membres de ma famille - j’ai toujours eu cette vocation comme si cela avait été mémorisé au plus profond de mes cellules.

Tout ceci m’a permis d’avoir un esprit de tolérance. Bien sûr, j’aurais souhaité comme de nombreux papas qu’un de mes 4 fils puisse avoir la vocation à son tour de la naturopathie. Mais il n’en est rien et je respecte leur choix, en sachant que l’éducation que leur mère et moi leur avons donné porte et portera ses fruits pour eux-mêmes et mes petits enfants.

Mon ambition, qui n’est pas secrète, c’est - au-delà d’avoir pu promouvoir la naturopathie selon les bases de P.V.Marchesseau - d'avoir pu me réaliser comme naturopathe et comme enseignant. C'est véritablement cette fonction de transmettre mon expérience qui est mon ambition pour les générations futures de naturopathes, pour que les nouveaux naturopathes, bien formés (j’insiste) soient conscients de leurs compétences et de leurs incompétences. Ainsi, ils se perfectionneront sans cesse pour le bien-être de leur patient, mais aussi pour montrer qu’il n’y a pas d’incompatibilité entre allopathie et naturopathie, bien au contraire. Cette complémentarité oblige chacun à respecter l’autre dans ses opinions.

Vous parlez souvent de passions. Quelles sont les vôtres, en dehors de la naturopathie ? Comment occupez-vous votre temps libre ?

Quitte à décevoir certaines ou certains, je n’ai guère de passion en dehors de la naturopathie. Elle occupe toute ma vie et je dois reconnaître que j'ai très peu de temps libre, compte tenu de mes multiples activités professionnelles (consultant à Versailles, professeur au CENATHO, écrivain de nombreux ouvrages et articles, animateur de conférences, séminaires et émissions de radio/TV…).

Cependant, j’aime beaucoup la lecture d’ouvrages traitant de symbolisme et de spiritualité et j’ai une affection toute particulière pour l’histoire de Jésus et de Marie-Madeleine !

Toute cette période est si riche en événements historiques mais aussi et surtout en recherche spirituelle ! Elle est pour moi une inspiration me permettant de changer mon référentiel, et passer ainsi de l’horizontalité à la verticalité : c'est-à-dire me diriger vers plus d’élévation spirituelle et de sagesse. N'y voyons pas le terme de spiritualité comme synonyme de religion.

Pour obtenir ce changement de référentiel nécessaire à l’évolution de l’être humain et de la société, il convient toutefois d’engendrer entre nous un égrégore. Il s'agit d'une chaîne d’union, ce que j’essaie d’établir au cours de mon enseignement, vers notre idéal commun de santé/vitalité authentique.

En plus du reste, vous avez écrit de nombreux ouvrages. Si vous deviez en choisir un, lequel serait-ce et pourquoi ?

Comme on dit souvent dans de telles circonstances, certes j’ai écrit de nombreux ouvrages, mais si vous me demandez d’en choisir un, ce serait mon dernier livre dans lequel je déploie toute mon expérience de praticien de santé naturopathe : "La naturopathie de A à Z".

Dans cet ouvrage aux Editions Eyrolles, j’ai ciblé plusieurs pathologies fréquemment rencontrées en cabinet, dont j’ai décrit les signes avant-coureurs ainsi que les différentes causes primaires et secondaires reconnues allopathiquement et naturopathiquement. Puis, je me suis attelé à exprimer la stratégie de base naturopathique avec ses 4 techniques dites majeures : alimentation, psycho-relax, exercices physiques, hydrologie. Je n'omets pas les différents compléments alimentaires permettant de passer un cap difficile et de pallier la médiocrité de notre alimentation (trop raffinée, trop cuite…) mais aussi la sédentarité physique qui caractérise notre société moderne. Quant à nos pensées, il suffit en cette période d’écouter certaines chaînes de TV, de radio, ou encore de laisser traîner nos oreilles dans la rue, dans les moyens de transports en commun, dans les magasins… Pour constater le manque de jugement, de tolérance, de réflexion et de logique de nos concitoyens. On obéit et c’est tout. Nos parents et grands parents, qui ont œuvré pour l’acquisition de nos droits, doivent se retourner dans leur tombe. Ceci est applicable également à la naturopathie, qui combat la pensée unique et favorise la pluralité même au niveau médical !

« Il ne faut jamais accepter comme argent comptant les idées toutes faites, notamment celles des autres dits plus instruits ou diplômés ».

« Une bêtise dite par 5 millions d’individus reste envers et malgré tout une bêtise ». Alphonse Daudet

Quels sont vos projets pour demain ?

Continuer à promouvoir avec force et détermination notre art commun, la naturopathie, par l’animation de conférences, séminaires, émissions de TV et radio et articles tels que celui-ci mais aussi par l’écriture d’ouvrages.

Mon prochain livre aux Editions Eyrolles « Comment appréhender le stress par la naturopathie » me permettra une fois encore de m’exprimer pour expliquer ce qu’est la vraie naturopathie que je défends depuis de si nombreuses années.

À 70 ans, mon projet est aussi d’acquérir une petite maison en Bretagne, dans le Finistère Sud, pour continuer ma croisade pour que la naturopathie puisse enfin acquérir ses lettres de noblesse et de respect.

Pour terminer, petit quiz rapide ! Si vous étiez :

Un endroit dans le monde :

Le Finistère Sud, près de la forêt de Fouesnant et de Quimper, le fief de ma famille. Egalement une région d’Espagne qui m’est très chère : Alicante, ville qui a abrité mon premier amour indélébile de jeunesse et où j’ai passé d’excellentes vacances en compagnie de véritables et sincères ami(e)s espagnol(e)s.

Une musique :

Le Boléro de Ravel qui m’a permis d’apprécier et d’appréhender la danse au masculin, ainsi que les chansons de Jean Ferrat si pleines d’amour et de poésie, chansons qui me parlent beaucoup par leur thème, avec ma grande sensibilité.

Une plante :

La Fleur de la passion, plante qui me laisse toujours en admiration quant à sa beauté et à l’expression de ses symboles (les ingrédients de la Passion).

Un superhéros :

Zorro ! Il a été le superhéros qu’enfants, nous suivions chaque jeudi (journée de repos à l’époque). Il défendait le pauvre, la veuve et l’orphelin de ceux qui détenaient le pouvoir et dont le but était uniquement le profit pour asservir les autres (toute ressemblance avec des situations actuelles ne serait que fortuite !).

Un sport :

La gymnastique, le yoga et le tennis pour la simple et bonne raison que j’ai été formé au yoga, puis j’ai dirigé une salle de culture physique et enfin le tennis parce que je l’ai pratiqué en dilettante pendant de nombreuses années avec mon ami et confrère Daniel Kieffer, avec qui nous jouions chaque semaine pour nous amuser.

Une valeur :

L’humilité, qui est pour moi plus une qualité qu’une valeur. Je déplore le manque d’humilité de certain(e)s de mes consœurs et confrères qui s’octroient des guérisons et des réussites dignes de la cartomancie. N’oublions jamais que le rôle du naturopathe est de mobiliser la force vitale autoguérisseuse et que sans cela, nous restons des interventionnistes qui souhaitent remplacer un produit allopathique, anti-symptomatique par un produit « naturel » miraculeux mais tout aussi anti-symptomatique. Voilà pourquoi je crois que l’humilité est la clé indispensable pour les naturopathes.

Un produit COPMED :

Difficile de choisir, mais il y a 2 produits qui retiennent mon attention en cette période de stress intense :

• Cortirégul® qui favorise la résistance au stress et donc au possible burn-out,

• Probiotiques IBS qui agit comme anti-inflammatoire intestinal et rééquilibre la flore intestinale.

Une citation :

« Il n’y a pas de problème, il n’y a que des solutions. S'il n’y a pas de solutions, c’est qu’il n’y a pas de problèmes ». André Gide

« La vie n’est pas courte, c’est nous qui l’abrégeons ». Sénèque

« Plus on va vite et plus le temps est court ». Fernand Raynaud

 

Merci Christian BRUN !


Haut de page